Quand on est con, on est con...

Publié le par Petite Ambre

N’a-t-on pas le droit de l’être ? 

Ne pouvons-nous pas autant de fois qu’il nous plaira, le reconnaître, parce que c’est bien de cela qu’il s’agit !

Ne peut-on pas  être CON.

Oui le dire, se le dire ! Se dire que notre bienheureuse con-dition d’humain, c’est écrit, nous le permet.

 

Que c’est une chance !

 

Parce que oui je le con-fesse, encore une fois, sans faire dans le vulgaire, JE SUIS CON.

N’y voyez pas là un mea-culpa mais plutôt un cri du cœur.

Je suis con. Et c’est bon.

Et oui j’aurais tant voulu ne pas faire, dire, montrer, prêter, jouer, dormir, offrir, aimer… mais je l’ai fait et c’est tant mieux, parce que je suis con.

C’est bien d’être con parce que l’on y peut rien alors au lieu de se torturer à tout décortiquer, reconnaissons simplement notre connerie et demandons simplement pardon, à soi d’abord, puis à l’autre.

En acte ou en pensées en prière ou en offrande, lancez-vous. On vous pardonnera…

Cessons d’avoir honte de nos erreurs.

Soyons des cons bénis et heureux. Parce que sans notre connerie quel ennui…

Nous sommes ce que nous sommes et même si parfois, comme je l’ai encore constaté aujourd’hui en prenant le RER B à Chatelet, certains abusent de la connerie.

Je m’explique, vous là derrière votre petit écran d’ordinateur, n’avez jamais constaté à posteriori que vous aviez été très con ; vous avez bousculé sans vous excuser, insulté sans vous préocuper des conséquences, et même critiqué sans regretter.

Alors faites cela la prochaine que vous pensez ou même dites à quelqu’un qu’il est con, pensez que vous aussi vous êtes con et ce, même si vousavez un milliard de bonnes raisons de l’être.

Pensez aussi que parfois il vaut mieux regretter, et qu'être con c’est surtout ne pas avoir été présent à l’émotion qui s’élevait.

 

Ce con de piéton qui manque passer sous vos roues ce matin, ce con de  gamin qui vous envoie son ballon en pleine tête alors que vous rêvassez face à la mer, ce con de boss qui ne pense qu’a sa gueule et au fric, et enfin ce con de mec qui va dormir avec vous ce soir…

 

Non, ils, vous, je ne suis pas con, je suis simplement entrain de faire du mieux que je peux et même que si vous, nous, tout le monde prenait le temps de voir aussi vite sa connerie que celle de l’autre ; si nous étions capable de dire je t’aime aussi vite que tu es con…

Comment serait notre monde, votre monde, ce monde qui nous fait tant râler….

Je vais maintenant me jeter avec une classe aérienne dans mon lit, sans doute suis-je si classe parce que je suis une princesse et que je pète des paillettes ….

 

Vous aussi ? Pas possible….

Je vous aime…

Publié dans 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article